jeudi 28 juillet 2016

Alexandre Zelkine, ce géant méconnu de la chanson

Mélangez la Russie, la France, le Québec et la Bolivie dans un grand mélangeur. Ajoutez un peu d'épices féministe et gauchiste. Saupoudrez de sonorités folkloriques et modernes. Faites reposez dans un peu d'humour et vous obtiendrez Alexandre Zelkine.


Chantant en 14 langues avec une grosse voix,  c'est l'un des plus grands auteur-compositeur-interprète ayant fait carrière au Québec... mais aussi le plus méconnu.

Zelkine est né à Lyon, France, d'une maman française et d'un papa Russe.

Il rejoint le conservatoire de musique au début des années 60. Il voyage dans les Balkans, vit en Israël et à New York mais c'est à Montréal qu'il s'établit pendant 25 ans pour se consacrer à sa carrière musicale.

Son premier album en 1965 est dédiée à la chanson traditionnelle russe.

L'album "Alexandre Zelkine"

L'année suivante, il lance un album intitulé "Alexandre Zelkine" comprenant des chansons en français, yiddish, russe et espagnol.

On y retrouve entre autre du Aristide Bruant (À la Roquette), une chanson républicaine de la guerre civile espagnole (Si me quieres escribir) et une chanson de Jean Ferrat (Nuit et Brouillards). Sa pochette est en français et en anglais.

Sa chanson Duerme negrito va comme suit
"Dors, petit noir, pendant que ta maman travaille dur aux champs, tout le jour, pour le riche qui ne la paye pas."
Déjà, on commence à comprendre qu'on a affaire à un drôle d'oiseau.

Zelkine arbore le look "tsar russe" pour son deuxième album

Tel qu'écrit à l'endos de la pochette,
"Zelkine est demandé partout dans la Province où il continue de remplir les salles et boîtes à chansons. Sa voix chaude et prenante vous envoûtera dès la première chanson"
Son succès le conduit au Rainbow Quest, une émission de télé animée par la légende du folk, Pete Seeger. Suivront d'autres albums de musique du terroir.

La cupidité humaine est l'un de ses thèmes de prédilection.

Alexandre Zelkine volume 2

Le volume 2 sort en 1967. On y retrouve un mélange de chants israéliens, irlandais, étasunien, canadien, russe, français et argentin. Puisque Zelkine est un fan, on trouve encore une chanson républicaine de la guerre civile espagnole (El paso del ebro).

Il y a aussi une chanson du poête argentin Atahualpa Yupanqui (emprisonné par Peron pour son appartenance au parti communiste) avec la pièce "Los ejes de mi carreta".

Pessimiste


Puis c'est le lancement de l'album Pessimiste en 1973 sur lequel collabore Richard Séguin et Gilles Valiquette.

La pochette (bilingue encore) est accompagnée d'explications sur chaque pièce. On constate qu'Alexandre Zelkine, l'auteur des textes, est un homme en colère contre plusieurs formes d'injustices.


Un exemple parmi d'autres accompagnant la chanson "Minerito Potosino" :
"La Bolivie a connu dernièrement son 188e coup d'état depuis son indépendance. En deux mots: l'extrême-droite fasciste a repris le pouvoir à l'extrême-droite libérale... hummm... et comme d'habitude, ceux qui on fait les frais de l'opération sont les intellectuels et les prolétaires."
Au sujet des pièces, on retrouve des chants en anglais, espagnol, yiddish et russe. Une pièce est signée par Jean-Pierre Ferland, "Louis Cyr".

On y trouve aussi une chanson plus... folichonne



L'otage

La révolte de Zelkine atteint son paroxysme avec l'album L'otage en 1974.

C'est la révolution tranquille. Jusqu'en 1970, le Front de libération du Québec (FLQ) multiplie les attentats à la bombe. Le groupe rejette l'impérialisme anglo-saxon et souhaite une insurrection socialiste.

Le groupe a de forts appuis dans la population, notamment chez les artistes. Raymond Lévesque chante Bozo les culottes. Félix Leclerc, L'alouette en colère. Pauline Julien est membre du Mouvement pour la défense des prisonniers politiques du Québec.

C'est dans ce contexte explosif que Zelkine sort ça...


Ça prend pas la tête à Papineau pour se rendre compte que la pochette met en scène... un enlèvement du FLQ.

La pièce titre s'intitule "Pessimiste". C'est une sorte de manifeste: voila ce que je suis et ce que vous allez avoir.



Dans la chanson L'otage, Zelkine prend le rôle d'un otage et raconte à la première personne son enlèvement. Ça ressemble très beaucoup à l'histoire de Pierre Laporte, mort en 1970 au main du FLQ.

C'est assez osé, 4 ans après son décès.
"Un otage ça vaut pas cher pour les gouvernants
Pour sauver la face c'est bien plus important
N'empêche qu'à ma place j'aimerais voir le président
Devant la mort il raisonnerait autrement"

La pièce intitulée "Il est grand temps" semble prémonitoire. Zelkine y exprime sa préférence pour la raison et l'urgence de rejeter les croyances religieuses. Elle prend tout son sens dans le contexte actuel.
Soyez lucide ouvrez votre esprit au savoir
Usez de vos cerveaux autant que de vos coeurs
Notre proche avenir est facile à prévoir
Et quand je l'entrevois je frémis de terreur



L'album comprend la pièce "Som Séguin" sur ce qu'on appelle la "question autochtone". Il s'agit de la première pièce écrite par Richard Séguin, à 16 ans, avec sa soeur.

La pièce fermant l'album est "Chauviniste mâle". Elle tourne en dérision le machisme masculin.

Puis, la tornade Zelkine s'arrête subitement. Suite au lancement de son dernier album, Zelkine se consacre à sa passion d'enfance: les modèles réduits de train. Il se détourne de la musique et habite aujourd'hui le Mans, en France.

Pas trop le cheminement qu'on s'attend d'un homme révolté mais c'est toujours mieux que de vieillir en virant capot comme Renaud, non?

Je n'ai qu'une chose à dire si vous souhaitez retrouver ses albums: bonne chance.

Il n'y a plus grand monde qui se souvient de Zelkine aujourd'hui. C'est dommage puisqu'on devrait sans doute le placer parmi les plus grands de la chanson au Québec.

Merci à Jean Perron, sympathique bonhomme rencontré à CKRL, avec qui j'ai pu partager ma passion, ainsi que plusieurs albums, de Zelkine.

2 commentaires:

Jules a dit…

Merci pour cette chouette (re)découverte, François.
J'ai particulièrement aimé les deux premières chansons dans lesquelles le bonhomme a un humour dévastateur.
L'otage est très chouette aussi.
Amitiés

François G. Couillard a dit…

Ravis que tu apprécie, Jules.